Site Mère: sagessedurire.org > karaclown.ch 
Rubrique: Clown développement personnel et relationnel
Animations pour petits et grands - Formations professionnelles - Contact et Lieu
Si vous ne trouvez pas votre information par le menu, faites une recherche dans ce site:

Formation au "4ème rire" dans les maisons de retraite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour promouvoir rire et humour dans
la communication et les soins en maison de retraite

 

Principe

L'attitude animante est l'affaire de tous. Les aides-soignants qui s'occupent quotidiennement de leurs résidants en leur apportant joie, rire et humour accroissent considérablement la bonne ambiance et la qualité de vie des résidants.

Nous partons du principe que dans tous les établissements réside un noyau d'employés joyeux parmi le personnel. Et parmi eux, des volontaires prêts à suivre une formation pour qu'ils intègrent dans leur temps de travail de l'animation spontanée (festif) ou du relationel joyeux (communication interpersonnelle). La bonne ambiance résultante, stimulée par ce noyau, fait souvent boule de neige chez les autres employés ce qui permet de mieux vivre le stress, les restructurations et les charges professionnelles.

"Eh bien, si tu te permets de danser ici ... alors j'amènerai demain ma guitare ..."

Formation à l'Animation Joyeuse (I) :

Nous formons un groupe d'une dizaine d'employés parmi le personnel afin qu'ils soient rapidement autonomes dans plusieurs styles qui amènent la bonne humeur chez les résidants (humour, contact physique, ludisme, yoga du rire, danse...). Formation orientée évènementielle pour organiser des animations ponctuelles.

Formation au Relationnel Joyeux (II) :

Nous formons un groupe d'une dizaine d'employés afin qu'ils motivent et aident leurs collaborateurs à utiliser quotidiennement l'humour et animation au sein de leurs activités (soins, communication...). Ainsi, le personnel ferra intervenir spontanément rire et humour pour alléger une situation ou dédramatiser un problème. Formation orientée relationnelle pendant les tâches quotidiennes. Le groupe formé devient ressource animante auprès du personnel.

Ces deux types d'animation I et II sont complémentaires et s'enrichissent mutuellement. L'expérience nous a montré que pour bien se former au relationnel joyeux, il est préférable de d'abord se former à l'évènementiel pour apprendre à libérer sa joie intérieure sous le regard des collaborateurs.

Notre approche animante, même si elle est basée sur la joie simple et le rire "pas très sophistiqué" va en profondeur mais pas en lourdeur.

 

Déroulement formation I ou II

  • Formation de 15 jours étalés sur 6 mois pour un groupe de 10 employés.
      
  • Après les 6 mois de formation, ce groupe est considéré comme autonome. Il continue toutefois d'être suivi par notre association pour la mise à jour des connaissances (nouvelles découvertes sur le rire et le relationnel joyeux).
      
  • Nous avons pu constater que la présence d'un groupe 4ème Rire dans une maison de retraite a pour effet de diminuer le stress et les conflits dans le personnel. Les bénéfices du rire dépassent donc largement le domaine des soins.

 

Comment rire dans les maisons de retraite?

Si l'espoir de réinsérer la vie sociale nourrit les malades des hôpitaux, il n'existe pas pour les résidants des maisons de retraite. Quand on y rentre, c’est pour y finir ses jours dans les meilleures conditions souhaitables. Dans ce contexte, le rire y est reconnu par le personnel comme facteur égayant l'atmosphère, favorisant la communication, stimulant l’organisme et ainsi prolongeant la longévité.

Prudence cependant avec une personne du quatrième âge: les thèmes à plaisanterie et la manière de les exprimer doivent ménager la sensibilité d’une autre génération. Les interactions informelles et humoristiques sont à mener avec tact et délicatesse. La priorité est de tisser un lien par l'amusement, une complicité à travers deux, voire trois générations.

 

L'effet Clown

Chez la grande majorité de nos anciens, le clown fait simplement plaisir en amenant une bonne humeur salutaire sans grands moyens artistiques. Que les résidants soient grabataires, semi-conscients, qu’ils ne s’expriment plus que par quelques mimiques ou par une main tremblante qui se décolle à grande peine du drap, un personnage grimé apparaissant dans la chambre focalise souvent tous les restes de conscience, casse la boucle de cogitation et invite au rêve amusant. Certains pensionnaires définitivement couchés dans un état de faiblesse avancée, iront jusqu’à brûler l’énergie de toute une journée pour garder leurs yeux allumés, ne serait-ce qu'un court instant, afin de suivre ce personnage flambant de couleurs qui semble tomber droit du ciel. Et l’effort est récompensé: nos aînés du 4ème âge se surprennent parfois à souffler par saccades un vent fragile: le 4ème Rire (nom donné par notre association en 2004).

Il existe un grand nombre de façons de faire rire. Dans les maisons de retraite, le clown relationnel a été la première méthode structurée à disposition du personnel par le biais de cours de formation continue. Cette démarche a été initiée par Christian Moffart en 1987 à Liège (association Art, Clown & Thérapie).

 

Les préjugés contre le clown

"Vous infantilisez nos résidants !" C'était une critique fréquente jusqu'aux années 2000. En effet, à l'époque le personnel des maisons de retraite pensait qu'un clown grossier et beuglant allait débouler sur nos fragiles aînés. Malheureusement, encore aujourd'hui pour certains, le clown est victime de son image de cirque: il a un nez rouge, il fait rire les enfants, il fait des gags gras. Donc à éloigner des maisons de retraite. Par contre, ces dernières années cette image traditionnelle a perdu de la lourdeur avec l'émergence de mouvements de "clowns relationnels" qui sont en fait des animateurs formés au comique de contact, à la communication empathique, au relationnel joyeux et possédant une bonne dose de psychologie.

Mais on a continué à les appeler "clowns", faute d'un autre terme plus adéquat, car ils propageaient avant tout joie, rire et chaleur humaine autour d'eux, sans prétention. Aujourd'hui, leur tenue a évolué: le nez rouge n'est plus nécessaire, ni les gros accessoires ou habits en tissus épais. Nez en moins, ce personnage a gagné une liberté d'apparence et de style. Appelez-le comme il vous plaira: bouffon, animateur rire, saltimbanque, danseur coloré, musicien comique, employé exubérant, rigolo de service...

Alors si vous entendez une personne dire: "Le clown infantilise nos résidants!" posez-vous la question pourquoi cette personne n'a-t-elle pas une bonne image des "clowns", et à quand cela remonte-t-il ? Et pourquoi cette personne ne ferrait-elle pas confiance à ce clown, pour qu'il sente de lui-même s'il est bienvenu parmi les résidants? Est-il invité par les regards pétillants ? Alors il ferra un pas en avant. Une contrariété ? Alors il se repliera. Tout est une question de réceptivité dans l'humour.

Dans notre association, nous sommes bien conscients que l'image ou le nom de "clown" peut heurter certaines sensibilités, c'est pourquoi, depuis quelques années nous ne portons plus de nez rouge en maison de retraite. Nous nous annonçons de préférence en tant que "joyeux animateurs". Notre dernière trouvaille pour propager rire et bonne humeur: le Yoga du Rire ! Mais au-delà du vocabulaire et des méthodes reste cette passion de faire tourner les ambiances en maison de retraite, de faire fleurir rires et sourires sur les faciès, de faire briller des regards ...

 

L'effet Yoga du Rire

Depuis 2005, nous utilisons le Yoga du Rire pour dynamiser la santé des résidants. Cette pratique combine des techniques de respiration, d'étirement, de vocalisation et de rire. Ici, ce n'est pas l'humour qui fait circuler les rires mais un effet de contagion provoqué par une joyeuse détente. L'effet est très entraînant: à voir ou entendre les autres rire pour "rien", car il n'y a pas d'humour, on se laisse emporter par l'hilarité collective. Voir les ateliers de Yoga du Rire.

 

Comment se former aujourd'hui ?

Trois moyens:

  1. Se former à titre privé ou autodidacte dans un art qui apporte la bonne humeur (musique, théâtre, clown...). Puis, l'employé pourra utiliser son art tourné d'une façon amusante, sans se prendre trop au sérieux. Frais à la charge de l'employé.
     
  2. Etre formé professionnellement en individuel par un organisme spécialisé, association ou fondation. Frais pris en charge par l'employeur. Exemple: Certificat Karaclown.
     
  3. Etre formé en groupe sur la place de travail dans le but de constituer un noyau autonome dans la maison de retraite. Ce groupe peut devenir ressource de compétences pour le reste du personnel en matière de ludisme, de communication humoristique et gestion des conflits avec humour. Il tourne en synergie avec le groupe animation. Frais de formation pris en charge par l'employeur. C'est la variante sur laquelle s'articule notre enseignement.

 

Difficultés et bénéfices

  • Lorsqu’un employé essaye de faire rire un pensionnaire avec des "futilités", sous les yeux d'autres employés voyeurs, il prend un risque, met son image professionnelle en jeu. En outre, il peut s’exposer aux moqueries, ce qui le découragerait de continuer à favoriser la bonne humeur avec son humour ou ses Bêtises Bienfaisantes. Pour se préserver des moqueries, les voyeurs doivent être encouragés à participer activement aux animations amusantes. Pas de voyeurisme, la bonne humeur est l'affaire de tous !
     
  • Associer le rire aux personnes du 4ème âge les rend plus attractifs vis-à-vis de l’extérieur et valorise l’image des maisons de retraite. Oui, on peut aussi s’y amuser ! Il existe un grand potentiel de vie colorée que l'on peut faire émerger d'une maison de retraite. Donc, à chatouiller !
     
  • A proprement parlé, il ne s’agit pas de déclencher uniquement le rire mais de façon plus générale toutes les expressions du plaisir qui dans certains cas est à peine discernables chez la personne handicapée (mimiques positives, corporalité ouverte, respiration plus ample...).
     
  • Certains résidants ou employés n’apprécient pas le clown, d’autres se sentent mal à l’aise avec l’humour verbal, d’autres encore se trouvent maladroits dans les jeux en groupe. Une façon particulière de rire peut même agacer certains et ravire d’autres. Avançons avec confiance et prudence …
     
  • Le but n'est pas de faire rire sur commande ou de produire des "trucs" artistiques pour mettre de la bonne humeur. Le relationnel ne se réduit pas à des techniques apprises dans des cours entre quatre murs. C’est plutôt, chez les employés, une exploration de leurs joyeuses ressources, chez les résidants une redécouverte de leur potentiel de rire. Bref, un art léger dans la relation d'aide où interviennent prise de risque dans l'humour, réceptivité aux signaux corporels, pour aboutir finalement à … un savoir-communiquer surtout au milieu de la souffrance.

 

Le rire en institut est fragile

Autant l’humour permet de faire des miracles au sein d’un travail en équipe, autant une étiquette de «comique» collée sur le front d’une personne qui s’est « un peu lâchée » est difficile à décoller: « Aaah! Regardez qui voilà! C’est le bouffon qui a essayé de nous fait rire hier, hahaha!». Vous l’aurez deviné, former des personnes pour apporter du rire dans la communication et les soins est voué à l’échec si l'équipe ne collabore pas.

Vouloir faire rire c’est prendre un risque, se dévoiler. Certaines fois, un rien peut suffire à décourager un(e) téméraire : un mot négatif de l’entourage ou une rumeur sournoise. Le rire en institut est plus fragile qu’on le croit. Pour qu’il s’opère avec le résidant, il nécessite 3 facteurs :

  • de la part de l’employé, un courage pour faire de l'humour ou des bêtises bienfaisantes,
  • et de la part des autres collaborateurs, un soutien sans moquerie,
  • de la part du résidant, une certaine distance par rapport à sa souffrance.

Là où la souffrance est quotidienne, le rire ne va pas de soi. Il faut aller le chercher au-delà de la honte, du paraître, et essayer de comprendre sa dynamique pour le générer plus facilement.

 

Rire contre Démence

Et pour terminer, voici quelques beaux extraits de l’ouvrage Rire contre Démence de Natalia Tauzia, psychologue qui a fait des étonnantes découvertes chez les déments de type Alzheimer.

« Le rire pour moi est un moyen, et non une finalité. Le dément, en riant, retrouve le plaisir du sens, de la représentation imagée, du fantasme élaboré collectivement. »

« J’appelle cette technique groupale une expérience revitalisante, où le point de départ se trouve dans le plaisir. Plaisir à fonctionner mentalement et physiquement, à retrouver une vie fantasmatique. Ce plaisir se manifeste à travers la joie et le rire, qui prennent une certaine autonomie, en devenant moteurs de la dynamique groupale, et médiateurs au même titre que les autres psychothérapies à médiation (art, musique, relaxation…). »

« Tout l’art de cette technique consiste à intéresser, donner le rire à tous sans fatiguer, énerver, lasser ou accentuer le repli démentiel. C’est en ayant une bonne connaissance du groupe formé, des personnes, que l’on arrive à trouver cet équilibre. Et c’est surtout en étant dans une grande écoute et un grand respect des moments d’éveil et de repli du groupe que l’on saura utiliser le rire au mieux. En effet, je n’imposais pas le rire, je le proposais une fois que je sentais le groupe prêt, et parfois je ne l’utilisais pas. »

« Le comique est très imagé, donne libre cours à la fantaisie et aux fantasmes libidinaux, sans aucune forme de censure ou d’inhibition. Si le comique proposé par un dément n’a pas de sens, il ne doit pas être refusé, mais reformulé par l’animateur, afin de le rendre partageable. »

 

Références

  • Le lancement de notre formation a été soutenu par Fédération Genevoise des Etablissements Médico-sociaux, FEGEMS (note: EMS en Suisse signifie Etablissement Médico-Social, sous cette abréviation sont inclus les maisons de retraite).
     
  • Cette formation pilote a été mise au point à la maison de retraite Le Prieuré à Genève en 2004. Depuis, plusieurs dizaines d'employés en maison de retraite ont reçu une introduction au 4ème Rire par diverses filières: IES-CEFOC, les CASS, ainsi que par nos séminaires Karaclown. En 2009, la Résidence de la Rive spécialisée dans les maladies d'Alzheimer nous a mandaté pour mettre sur pied un groupe 4ème Rire pour combattre la démence sénile de type Alzheimer (mandat pour les formations I et II).
     
  • Etablissements dans lesquels nous sommes déjà intervenus par une formation au personnel ou une animation aux résidents: EMS Les Franchises, EMS La Châtelaine, Foyer Soubeyran, EMS Le Prieuré, Résidence Happydays, Foyer Oasis, Sesco (hôpital gériatrique), Carnaval des EMS (FEGEMS), Maison de Vessy (formation IES), Résidence de la Rive, Résidence Les Jardins du Rhône ...
     
  • Nous avons aussi animé des ateliers Respirire: Rire et Respiration pour Cité Séniors, ainsi que pour les maisons de retraite. Le Respirire est une pratique inspirée du yoga du rire mais plus douce et adaptée aux personnes âgées. Les efforts sur le diaphragme sont moins soutenus mais on retrouve les bénéfices du yoga du rire au niveau de la dynamique de groupe joyeuse et du rire de contagion.

 

Documentation

  • Emission de la Télévision Suisse Romande sur le projet le 4ème rire 09.04.05.
  • Article dans "Génération Plus" sur la rigolothérapie dans les maisons de retraite
  • Article sur le 4ème Rire, 2006.
  • Rire contre démence Natalia Tauzia, Essai d’une thérapie par le rire dans un groupe de déments séniles de type Alzheimer – L’Harmattan - 2002
  • Formation au Clown Relationnel: Association Auguste, clown en institution
  • Heureux qui communique! Formation au clown relationnel avec des personnes âgées Christian Moffart Liège ed. ASBL Association Art, Clown & Thérapie, 1998.

Photos de notre rubrique "Maison de retraite"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contact et Lieu
©Association Karaclown - Yoga du Rire Genève 2000-2017






















A chaque chargement de page, une nouvelle palette de photos de nos formations et animations